L'énergie

Malteurop recherche l’efficacité énergétique maximale pour limiter l’usage des ressources. D’une part en mettant en œuvre le mix énergétique le mieux adapté à la disponibilité des ressources énergétiques locales et aux coûts énergétiques du marché. D’autre part, lors du process en optimisant la consommation et la récupération d’énergie.

Stratégiquement, Malteurop a deux objectifs et une ambition : la performance technique et économique, le développement de la part des énergies renouvelables et, à terme, l’autonomie énergétique

La recherche du sourcing énergétique le mieux adapté

Malteurop combine le recours à plusieurs sources d’énergie pour répondre à ses besoins en énergie qui sont actuellement 1265 GWh par an. Chaudières à gaz, chaudières électriques ou à biomasse : le choix est déterminé pour chaque site industriel selon les conditions locales.

Pompes à chaleur

Malteurop est un précurseur dans la mise en place des pompes à chaleur dans l’industrie du malt (depuis 1984 à la malterie de Vitry). A partir d’électricité, la pompe à chaleur produit de l’énergie thermique avec un coefficient multiplicateur énergétique très performant. Malteurop a recours aux pompes à chaleur dans les malteries localisées dans des pays où l’énergie motrice est moins chère en valeur relative. En France par exemple, les malteries de Vitry et Pringy se sont ré-équipées récemment de pompes à chaleur de nouvelle génération.

Centrales de cogénération à gaz

A partir du gaz ou d’une énergie biomasse la centrale de cogénération produit à la fois de l’énergie thermique et de l’électricité. L’énergie thermique est utilisée pour réchauffer l’eau, principalement pendant le cycle de touraillage. Chez Malteurop, plusieurs malteries sont équipées de centrale de cogénération gaz ou biomasse (en France, en Espagne…).

Pour gérer la combinaison de ces sources multiples et modulables, Malteurop a développé avec son partenaire Dalkia un nouveau système intelligent de gestion informatisée de la consommation d’énergie. Développé à Vitry.

Energie renouvelable : Malteurop passe à la cogénération biomasse

Malteurop est concrètement investi dans le développement des énergies renouvelables à travers ses projets de centrales de cogénération à partir de chaufferie biomasse.

Le principe adopté est la combustion de bois et de déchets de céréales dans une chaudière qui produit de la vapeur. Cette vapeur est d’une part utilisée dans la touraille de la malterie et d’autre part dirigée vers un générateur d’électricité.

Un projet pilote de cogénération biomasse, en partenariat avec Dalkia - leader européen dans le domaine - est en phase de construction sur le site de la malterie de Vitry. A partir du début 2013 les ressources renouvelables tirées de la valorisation du bois de taillis des forêts des Ardennes, du bois recyclé et des déchets végétaux d’orges de malterie, alimenteront cette chaufferie biomasse. Celle-ci répondra aux besoins de la malterie tout en permettant la revente d’électricité à l’opérateur national.

Pendant le maltage, optimiser la consommation d’énergie

Lors de la transformation de l’orge en malt, c’est la phase de touraille qui est fortement consommatrice d’énergie. La mise en œuvre d’un outil de modélisation de la consommation thermique permet d’optimiser la quantité d’énergie utilisée lors du touraillage. Les paramétrages techniques et l’optimisation des débits et rendements de ventilation, des températures de soufflage et du recyclage d’air de sortie de touraille sont analysés et adaptés au plus juste en temps réel.

La mise en place progressive des suivis de performances énergétiques de chaque site, la normalisation du référentiel intra-groupe et le développement technologique d’outils de pilotage de process, réduisant plus particulièrement les pertes de charges aérodynamiques, les pointes de consommations et le non respect des règles de thermodynamique ont permis de continuer à diminuer durablement les consommations énergétiques à la tonne de malt produite.

… et la récupération d’énergie issue du process

Malteurop investit dans la mise en place de dispositifs de récupération d’énergie installés à l’intérieur de ses malteries. L’enjeu est de récupérer deux types d’énergie : l’énergie de process et l’énergie de conditionnement.

Récupérer l’énergie de process

Ces dispositifs de chauffage indirect récupèrent l’énergie de la touraille par échange statique dans des milliers de tubes de verre. D’usage courant dans les malteries du groupe qui a été le premier à les utiliser, ces dispositifs récupérateurs sont en cours de modernisation et dotés de tubes de verre de nouvelle technologie et de nouvelles surfaces qui permettent d’augmenter le taux de récupération grâce à un coefficient d’échange de chaleur plus performant.

Récupérer l’énergie de conditionnement d’air et d’eau

Malteurop organise la récupération d’énergie de condensation des fluides frigorigènes pour la production du froid nécessaire aux phases de process – trempe, germination, touraillage. Ces énergies sont recyclées dans les besoins énergétiques d’air de touraillage.