Un contexte mondial de raréfaction des orges brassicoles

La production globale d'orge brassicole est en baisse dans le monde et est concentrée sur certaines zones géographiques. L’orge se trouve en compétition avec d’autres céréales dans un contexte de croissance démographique mondiale et d’augmentation des besoins en céréales pour nourrir une population de 9 milliards d’hommes à l’horizon 2050. Un milliard de tonnes de grains supplémentaires annuels doivent être produits d’ici 2050 pour satisfaire les besoins alimentaires.

Dans ce contexte de concurrence entre espèces au niveau de l’allocation des terres arables et alors que les rendements de l’orge sont stables comparés à ceux d’autres céréales (le maïs en particulier), il est essentiel d’organiser la disponibilité de l'orge sur le long terme et d’augmenter les rendements de culture des orges de brasserie.

On voit très bien que le phénomène de report des surfaces d’orge vers d’autres cultures est en cours puisque les surfaces mondiales d’orge ont baissé de 24 millions d’hectares sur les 20 dernières années, passant de 73 millions d’hectares en 1994 à 49 millions d’hectares en 2014. Cette baisse des surfaces se traduit bien évidement par une baisse de production et rend par conséquent le potentiel d’orge sélectionnable en orge de brasserie plus restreint.

Parallèlement la demande d’orge de brasserie a augmenté de 9 millions de tonnes sur cette même période, passant de 17 à 26 millions de tonnes annuelles.

On assiste également à un déséquilibre géographique entre l’offre et la demande car les zones de fortes croissances de consommation de bière ne s’accompagnent pas d’un accroissement de la production d’orge dans ces régions.

Enfin les aléas climatiques ont un impact croissant sur la qualité des orges de brasserie qui demeurent une céréale technique et sensible aux fluctuations climatiques.

C’est donc un enjeu stratégique pour la filière de sécuriser les productions d’orge de brasserie — en quantité et en qualité — tout en assurant les flux des zones de productions vers les zones de consommations.