Généralités

Histoire

Céréale la plus utilisée dans l'histoire, l'orge semble avoir été cultivée d'abord au Turkestan, en Ethiopie, au Tibet, au Népal et en Chine. A 100 km du Caire, en Egypte, des fouilles ont montré qu'on cultivait l'orge il y a plus de 5 000 ans. Les Hébreux attribuaient même à cette céréale un symbole de puissance et une valeur guerrière partagés par les gladiateurs romains et les Vikings. Quant aux cultures américaines, elles remontent à Christophe Colomb qui, en 1493, avait embarqué des grains au départ de l'Europe…

On en connaît 16 espèces qui sont originaires des pays tempérés et chauds de presque toutes les parties du monde. En France, on en rencontre 8 espèces, mais la plus répandue est l'orge commune (Hordeum Vulgare), originaire de l'Asie, et qui a fourni les diverses variétés cultivées aujourd'hui.

Variétés

L'orge commune (Hordeum Vulgare), céréale à paille de la famille des poacées (ou graminées), est aujourd'hui produite à grande échelle, principalement en Europe et en Amérique du Nord. Elle représente 7 à 8 % de la production mondiale des céréales, derrière le maïs, le riz et le blé.

Parmi les variétés cultivées, on distingue les orges selon des critères physiologiques et morphologiques :

Les orges d’hiver, sont semées fin Septembre / début Octobre, afin de subir l'action des températures basses indispensable à la production de graines (phénomène de vernalisation). Elles peuvent avoir des épis plats à 2 rangs ou des épis cylindriques à 6 rangs portant le nom d'escourgeon.

Les orges de printemps, relativement sensibles au gel, sont majoritairement semées en fin d'hiver (février/mars). Elles ont, comparativement aux orges implantées à l'automne, un rythme de développement plus rapide, tout particulièrement lors des premières phases de leur cycle.

La distinction des orges se fait également selon leur utilisation : on parle d'orges fourragères (ou de mouture) et d'orges brassicoles.

L'alimentation animale est le premier débouché des cultures d'orges. Utilisées au travers de la fabrication d'aliments industriels ou directement en autoconsommation à la ferme, ces orges fourragères sont bien adaptées à l’alimentation des porcins et des bovins.

En alimentation humaine, c’est la filière brassicole qui est le premier débouché. Après une sélection variétale rigoureuse, l'orge est en effet la céréale dont la composition – teneur en protéines, grains vêtus, etc. – est la mieux adaptée au maltage et au brassage.